The Amazing Sexist

Je ne suis pas friande des sur-réponses aux réponses. Comme vous vous en doutez cette introduction présage du pire : faites ce que je dis, pas ce que je fais.

En publiant cette vidéo de The Amazing Atheist sur mon mur je pensais démontrer par A+B, sans plus de commentaires, l’utilité du féminisme. A la suite de la dernière publication de Feminist Frequency j’avais atterri par hasard sur la chaîne de ce mec et le contenu de sa chaîne contre le féminisme m’avait paru tellement effarant que j’avais voulu partager ce WTF (il critique cette suite d’images).

Or, j’ai eu des réponses qui n’allaient pas dans ce sens et qui trouvaient même les propos de ce youtubeur intéressants et rafraîchissants. Je vais donc essayer de préciser ce qui m’a choquée (sans me surprendre vraiment) dans cette vidéo en relevant les points qui fâchent, et ce ne sera pas une mince affaire. Je ne prétendrai pas être exhaustive ni toute-sachante mais juste de bonne volonté. Je passerai la plupart du temps sur son mépris qui ne mérite pas qu’on s’y arrête trop.

Je précise que mes réponses s’adressent toujours à ce qu’il vient de dire dans la partie indiquée, les numéros ne sont là qu’en tant que repères.

Mon but n’étant pas de prêcher des convaincu-e-s je vais essayer d’être le moins véhémente possible, ce qui n’est pas facile pour moi.

Je vais faire comme lui, je vais reprendre point par point.

1.  Because this type of violence-glorifying and misogynist commercials is not unusual and get to exist in our society without many  reactions.

« It’s not obvious »

Le problème est justement que cela passe inaperçu. Cela en dit beaucoup sur la société, et les féministes ne disent pas autre chose : elles attirent l’attention sur ce qui les frappent car elles pensent que cela mérite de frapper aussi les autres esprits. Quand on est informé, on voit le monde différemment. Les féministes savent que cela ne choque pas et cherchent à éveiller les esprits. Yes, « we should all see it », indeed.

Il est certain que cela peut virer à l’obsession et parfois tomber à côté, mais dans le cas étudié (cette pub D&G) ce n’est pas le cas, tout simplement parce que, oui, cette mise en scène a du viol en elle (femme allongée, bras bloqué, visage contraint, un homme intrusif entre ses cuisses et deux autres hommes passifs/complices autour ; excusez-moi, ce n’est pas « ce que tout le monde fait dans son couple », il ne faut pas confondre avec tes pornos du minuit-3h dude) et oui c’est choquant de voir ça étalé en X mètres carrés dans les stations de métro, parce que cela normalise ce genre d’imagerie et que cela habitue les gens à tolérer une violence symbolique qui recoupe une violence bien réelle.

Cela introduit déjà une première notion, celle de la culture du viol (voir ici et ), mais nous y reviendrons.

Il reproche aux féministes de voir le mal partout mais je lui dirais qu’il s’entête à ne le voir nulle part.

2.  Because women don’t get to decide over their own bodies.

Bon, déjà il commence quand même par dire qu’il ne va pas se fatiguer à aller voir quelque chiffre que ce soit. Mais, quand même, il se permet de contester ces chiffres qu’il ne cherche pas à vérifier.

« I don’t see how feminism is the solution » in the fight for pro-choice. I just don’t see how he can’t see why feminism is crucial in that case. Qui a obtenu le droit à l’avortement ? Les femmes. Pourquoi se sont-elles battues pour ça ? Parce qu’elles sont les premières concernées. Jusqu’à quand auraient-elles attendu si il avait fallu s’en remettre aux hommes ? La Saint Glinglin.

Il poursuit, pour se justifier : « on ne peut pas juste lister un problème et donner sa solution comme ça. On doit nous faire la courtoisie de nous expliquer comment cela va résoudre le problème ». Sachant qu’au cours de sa vidéo il va plus plusieurs fois skipper ses arguments, ne rien donner à moudre parce que « c’est évident », je pense que moi non plus je ne vais pas développer. Le féminisme lutte pour les droits des femmes et donc pour le droit à l’avortement. Ne pas voir le lien est juste soit hypocrite soit stupide.

Par ailleurs, il a l’air d’avoir une connexion internet et de savoir lire, si il s’intéresse vraiment au sujet il peut aller chercher des réponses tout seul.

3.  Because women are constantly sexualized and objectified, while men get credit for their skills and professions.

« GQ is a men magazine » Indeed.

Alors ce point est très intéressant : il dit qu’un homme lit un mag masculin pour voir des hommes qu’il aspirerait à être et des femmes avec qui il aspirerait à coucher. Donc mecs qui pètent la classe OU mannequins à poil.

Acceptons cet état de fait et regardons maintenant les magazines féminins : des femmes en attaché case et des hommes à poil ? Que nenni ! Des mannequins féminins, partout, dans toutes les pubs, sur toutes les couvertures, les mêmes ou presque qu’on retrouve dans les mag masculins.

La question est « Pourquoi » et la réponse féministe est « male gaze ». Voici la preuve d’une disparité très facilement identifiable et pourtant absolument courante. Les femmes ne s’identifient pas à une vision positive qu’elles auraient d’elles-même, non, elles s’identifient à une femme regardée par un homme et qui doit donc absolument susciter son désir, son émoi, sa validation ; pour ce faire, mieux vaut donc être bonne et à poil (et photoshopée). C’est ça la vision positive de nous même qu’on nous propose. Un homme (hétéro) est valorisé par des photos d’un mannequin parce qu’il peut la désirer, une femme est valorisée par des photos du même mannequin parce qu’elle se voit à travers les yeux d’un homme qui la désire.

Je passerai sur le moment où il fait du slut shaming (vous vous trimballez à poil en public et vous vous plaignez qu’on vous accoste ? Vous dites alors que vous n’êtes pas un objet sexuel ? Mais vous qualifiez ces femmes qui posent d’objets sexuels ? Alors en fait vous vous habillez bien comme ça pour être des objets sexuels bande de *******, donc le harcèlement de rue est légitime, tadaaaaaaaa) et où il finit par dire que c’était de la mauvaise foi (mais il avait quand même envie de faire passe ce message quoi).

« What is wrong with sex » : le voilà qui feint de s’offusquer du puritanisme des féministes qui sont, comme chacun sait hein, des mal baisées (c’est pour ça qu’elles sont féministes d’ailleurs, pour houspiller les hommes). Ce n’est assurément pas « mal » pour une femme d’être sexy ni pour un homme de l’être, mais de quelle manière ? Pourquoi y aurait-il une seule manière de l’être ? Qui nous la dicte ? Pourquoi devrait-on se limiter au sexe stéréotypé des films pornos et des conventions sociales ? Pourquoi toujours valoriser des images sexuées où la femme est objet et l’homme sujet ? Il est là le problème. Le sexe se fait à deux (ou à trois ! Ou à plus !) mais gagne à avoir également une notion d’égalité. Chaque partenaire est sujet, et chaque partenaire est objet. Ce n’est pas le cas dans ces représentations symboliques.

4/5.  Because this gets banned on Facebook… while this is fine.

Les images Facebook mises en avant par ce diaporama féministe veulent dénoncer, justement, un puritanisme mal placé, un vrai celui là. Qu’y a t-il d’offensant et de dégouttant dans l’image d’un sexe ou d’un sein allaitant ? Tout le monde en a, tout le monde en voit, merde à la fin ! Par contre, une incitation lol au viol, ça ça passe. Facile de savoir pourquoi : les logiciels peuvent repérer des contenus de nudité de façon automatisée et pas les contenus nauséabonds parce que, pour ça, il faut un cerveau humain. Je le rejoins sur ce point (technique) mais pas sur le fait qu’il faille pour autant en cautionner le résultat.

Sa comparaison avec les hommes est également un peu hypocrite : jusqu’à présent un homme torse-nu n’est pas considéré comme une image érotique mais une femme si. Peut-être parce que le corps de la femme est sur-érotisé ?

6.  Because 97% of all rapists never have to spend a day in jail.

Comme pour les images d’avant il donne une explication terre à terre, et je n’ai rien contre ça a priori, il a raison quand il dit que s’il n’y a pas de preuves physiques le présumé innocent n’ira pas en prison. Mais là n’est pas l’immense problème que j’ai avec ce passage.

Les chiffres cités par l’image (97% des violeurs n’iront jamais en prison) ne veulent pas dire ce qu’il comprend. Ce chiffre inclus les plaintes qui ne donneront pas suite, mais surtout le fait qu’une très grande majorité de victimes de viols ne portera jamais plainte voir n’en parlera jamais. Pourquoi ? Parce que, toujours dans la grande majorité des cas, les victimes connaissent leurs agresseurs (ami, famille, mari/petit-ami) et qu’il est beaucoup plus difficile et destructeur de porter plainte contre quelqu’un qu’on connaît dans un contexte où ce sera su que contre un inconnu à qui on n’est pas lié, surtout quand le fait de ne pas avoir été tabassée fait que la justice met en doute votre parole. Pourquoi est-ce aussi difficile ? Parce que aujourd’hui, même dans cet « Occident » qu’il valorise autant, avoir été violé(e) est une honte qu’on vous fera payer en remettant votre parole en doute, en vous reprochant de mettre la merde, de n’avoir pas vu les choses venir, de n’avoir pas su les éviter.

Il imagine que si on prenait plus en compte la parole des -présumées- victimes, les femmes passeraient leur temps à accuser les -pauvres- hommes -persécutés-, parce que c’est vrai que porter plainte pour viol c’est comme l’avortement, ça peut vite devenir un hobby. Donc il met en balance des hypothétiques mythomanes qui déposeraient des plaintes mensongères ET des millions de femmes qui ont effectivement été violées et qui ne pourront jamais obtenir justice. Je trouve ça tout simplement dégueulasse.

Par quoi commencer ? Déjà par ne pas systématiquement mettre en doute la parole de la plaignante ; sachez que si elle était ivre au moment des faits la plainte sera la plupart du temps classée sans suite. Alors quoi, quand on a bu on ne sait plus trop si on veut, si on ne veut pas ? Dans le doute la justice décrète qu’on a voulu ? Et il n’y a aucun problème avec ça ?

Rappelons que « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise, est un viol » (Article 222-23 du code pénal). Or, si « le viol est puni de quinze ans de réclusion criminelle » comment se fait-il qu’il soit, en réalité, si difficile à faire reconnaître ? Il y a assurément un problème à ce niveau, en France comme aux États-Unis (voir à ce sujet cet article sur la Suède).

7.  Because model agencies are scouting models outside of anorexia clinics.

Il ne se donne pas la peine de développer, je ne la prendrai donc pas des masses non plus. La distance entre les standards de beauté prescrits par la société (pubs, défilés, taille des fringues, retouches numériques, cinéma …) et les physiques véritables des être humains ne cesse de s’étirer (c’est aussi valable pour les hommes). Attirer l’attention là dessus ne mérite pas, je pense, autant de mépris. Par contre l’analogie entre dictats de la mode et anorexie (qui est une maladie) devrait cesser d’être faite et simplifiée de cette manière.

8.  Because women are being discriminated against in the workplace because they have children, or may have children in the future.

Regardez-le qui se cache derrière son petit doigt de libéral de merde avec ses violons sur ces entreprises courageuses qui essaient de fonctionner, qui voudraient pouvoir satisfaire leurs clients (le client, cette valeur étalon).

Les discriminations à l’emploi des femmes potentiellement futures mères ne reposent pas seulement sur le temps de la grossesse + congé maternité. On présume que dans toutes les années qui suivront elles ne pourront plus faire des heures supp, prendront plein de jours de congés pour veiller leurs mômes pendant leur varicelle etc etc. Elles ne pourront pas être de parfaits petits soldats du capitalisme en somme (je m’égare). Les garçons, ne voyez-vous pas comment ce sexisme vous discrimine aussi ? Car en cantonnant les femmes à leur rôle de mère, ces entreprises sous-entendent aussi que vous serez regardé de travers si vous prenez votre congé paternité, et que nulle excuse d’oreillons ou de nounou non disponible ne feront autorité lorsque vous voudrez prendre des vacances ou rentrer avant 18h pour vous occuper de vos mômes.

Ce n’est pas juste de la logique financière, c’est bien un symptôme réactionnaire ; lui qui se plaignait du moyen-âge un peu plus tôt, voilà qu’il trouve que là dans le cas d’une entreprise c’est tout à fait normal. En fait, les femmes devraient arrêter d’avoir un emploi, ce n’est pas pour elles, c’est la Nature (donc l’avortement alors… Euh il disait quoi déjà?).

C’est quand même merveilleux qu’un si court extrait parvienne à réconcilier la logique capitaliste (le profit) et la logique conservatrice (les sexe affiliés à des genres aux rôles bien définis) dans une même oppression des femmes (ne travaille pas, tu ne seras pas assez productive / ne travaille pas, tu seras une mauvaise mère).

9.  Because women still make less money for doing the same job as men.

Bon, je ne pense pas que cela nécessite beaucoup de commentaire (les règles, les valeurs, toutes ces choses spécifiques aux femmes qui font qu’elle gagnent moins).

Dans ce discours pointe un refus du concept de genre, bien (mal)connu de la tristement célèbre Manif Pour Tous : les femmes ont des valeurs différentes, des comportements différents, donc elles méritent un traitement différent. Il met sur le même plan le fait de pouvoir être enceinte et d’avoir des « spending habits » alors que l’un est biologique et l’autre socialement construit.

Voir cet article du Monde sur ces différences prétendues si prégnantes.

Encore une fois, c’est la vie, c’est la Nature, et puis ce sera au profit des hommes tiens pour pas changer.

Pourquoi les femmes seraient « less ambitious on their workplace » ? Parce qu’elles ont des règles une fois par mois ? Pas du tout parce que la société patriarcale les inhibe ?

Cette confusion entre biologie et comportement social est soit due à un manque crucial de rigueur intellectuelle minimum soit à une malveillance consciente. « Who knows ? ». Et il se plaint que ses contradicteurs n’aiment pas la nuance…. Tristesse.

10.  Because there are parts of the world where women get punished after being sexually assaulted.

Le féminisme n’est pas équipé pour combattre la culture du viol, alors autant qu’il n’existe plus, c’était pourtant limpide ! Ce mec met en balance le fait que les féministes s’indignent contre des couvertures de magazines et que c’est inutile pour lutter contre la criminilisation des personnes violées. C’est de l’ignorance. En France, comme j’imagine aux États-Unis, on apprend à toutes les filles qu’il ne faut pas sortir seule le soir, que marcher dans la rue la nuit c’est dangereux pour une fille, qu’il faut absolument qu’elle soit prudente… Sinon ? Sinon c’est le viol. Mais vous, garçons, vous a t-on déjà dit une seule fois « Ne viole pas », vous a t-on déjà une seule fois prévenu « Attention à ton comportement quand tu es seul avec une fille que tu ne connais pas, tu pourrais avoir l’air menaçant » ? Non ?

Cela revient à considérer que si une fille se fait violer c’est qu’elle n’a pas fait ce qu’il fallait : elle a fait confiance, elle avait bu, elle était habillée trop comme si ou comme ça (tous ces clichés faux sur le viol soit dit en passant), elle se promenait dans un endroit inapproprié, elle ne s’est pas assez défendue c’est donc qu’elle devait un peu aimer ça. Mais lui, le violeur, il se trouvait logiquement là, prêt à réagir aux écarts de conduite de sa victime. La victime est donc… coupable de son viol.

De cette conception non assumée mais diffuse dans toute notre société qu’on se plaît à penser plus éclairée que toutes les autres à la charge pénale contre les victimes de viol il n’y a qu’une différence de traitement, mais l’idéologie de base est la même. Et le combat aussi.

11.  Because there are actually people who think it’s not rape if the person is sleeping.

Voilà la parfaite confirmation de ce que je viens de dire « rape is evil. Feminism is not gonna stop evil ». Okay, c’est comme ça, les femmes se font violer et il n’y a rien à faire pour arrêter ça alors arrêtons de nous fatiguer pour des conneries s’il vous plaît. « Rape is evil », c’est comme dire « le racisme c’est mal », oui, certes, mais ça ne fait rien avancer du tout d’enfoncer des portes ouvertes. Par contre, dire qu’on peut sans en avoir conscience tenir un discours raciste ou pro-viol ajoute un peu de nuance à tout ça. Ce n’est pas parce que je dis « je ne suis pas raciste » que je ne le suis effectivement pas, ce n’est pas une incantation. Au sujet de l’extrême « banalité » du viol on peut lire rapidement ceci.

Plus loin : le féminisme ne sert à rien, c’est d’éducation que nous avons besoin. Donc le féminisme n’est pas éducatif ? Il ne sert pas à faire prendre conscience des choses ? Merde, j’ai vécu dans l’erreur pendant tout ce temps.

Ah mais non, en fait le respect et l’empathie ça ne s’enseigne pas, pardon. Donc c’est mort. Le fait qu’une société puisse organiser la destruction de l’empathie (je ne ferai pas de point Godwin dans ce post, je me contenterai de citer en exemple la mécanisation des techniques en abattoirs qui rendent supportables (mais non en fait hein) aux ouvriers de passer leurs journées à tuer et découper) ne lui effleure pas l’esprit.

Lui qui plaignait les entreprises qui ne veulent que faire leur travail critique maintenant le manque d’empathie d’une société qui ne cherche que le profit. Cet homme est décidément plein de contradictions.

12.  Because 1 out of every 6 American women has been a victim of an attempted or completed rape in her lifetime.

Il semble reconnaître que la société est responsable du nombre hallucinant de viols. Pourtant, les pubs mettant en scène symboliquement ces viols ne lui posaient pas de problème.

Encore une fois le féminisme, pour lui, ne permet pas de lutter contre le viol. Mais si, connard (pardon), en éduquant les femmes à ne pas tolérer certains comportements et les hommes à ne pas être validés dans leurs violences le féminisme lutte contre le viol. Il fait prendre conscience à des femmes qu’elles ont été violées, et à des hommes qu’ils ont pu violer. Quel autre mouvement œuvre pour une prise de conscience collective à ce sujet ?

13. Because we are living in a society that teaches women to be careful not to get raped instead of teaching men not to rape.

J’ai déjà commenté ça finalement. Il trouve ça simpliste. Simpliste.

Certes, aucun des deux sexes ne devrait avoir à subir de viol. On a inventé la poudre là. Mais mettre sur le même plan des actes minoriatires (viols d’hommes par des femmes) et des actes communément répandus et qui tendent à être normalisés (viols de femmes par des hommes) est une hypocrisie. Il reproche à un diaporama de ne pas s’étendre assez. Look man, why don’t you fucking go on google and look for documents if you are that interrested by this subject?

14. Because it is more dangerous to be a woman than a soldier in modern combat.

Le monde s’arrête aux frontières de l’Occident, voilà qui nous informe sur sa vision de l’étranger. Ce qui n’est pas chez nous ne devrait pas être pris en compte. Et pis en Occident y’a pas la guerre (on n’est pas con non plus, on va la faire plus loin) donc c’est pas vrai.

Il souligne qu’il trouve qu’en Occident les droits des femmes ça va, et que c’est justement là que le féminisme est le plus développé. Mais il ne fait pas le lien. WTF ?

Cependant ce genre de phrase (celle du diaporama) n’est à mon sens ni très intelligente ni très parlante. Comparer des choses aussi différentes n’apporte rien pour solutionner ces deux problèmes.

15.  Because we want women’s bodies to be left alone and not a constant subject for discussion, disrespect, abuse and objectification.

Voilà qui est révélateur : « ce ne sont pas les hommes qui lisent ces tabloïds ». On comprend donc qu’il pense que le féminisme signifie le combat des femmes contre les hommes, et pas le combat des deux sexes contre le patriarcat et le sexisme. Pour lui une femme ne peut donc logiquement pas être sexiste contre « son camp ». Cette vision totalement fausse est un coup dur pour sa crédibilité critique.

16.  Because we need to change the Patriarchal picture of men as an aggressive being who can’t control his desires.

Ici il avoue son ignorance : « I don’t even know what the fuck this one is talking about ». Ben je vais t’expliquer mon con, on est toujours sur la culture du viol : si une femme ne doit pas faire ci ou pas faire ça pour éviter le viol ou le manque de respect, c’est bien que les hommes eux ont fait tout ce qu’ils pouvaient mais que en fait non c’est dans leur nature d’être agressifs sexuellement, ils ne peuvent pas mettre de barrières à leur désir qui les aveugle et leur fait oublier que les femmes sont des êtres humains, non ?

17.  Because several young men can rape a girl during an entire night (Steubenville), twitter about it while in action, laugh about it afterwards and then be defended by the society which blames the victim because she was drunk.

Je ne connais pas ce fait divers ni les réactions qu’il a suscité, je ne vais pas commenter.

18.  Because a woman is raped every 14 seconds in South Africa.

LOL, une rape joke ! Ca détend l’atmosphère !

« Okay, that’s a problem, but how feminism is gonna solve it ? »

« Okay, j’ai un clou et une planche, mais comment un marteau va m’aider à les assembler ? »

19.  Because sexism in the shape of a joke is not any less offensive or disparaging.

« Joke are jokes »

Donc si je le suis une blague c’est juste un truc marrant qui flotte dans le néant. Right.

Qu’une blague « requires exageration » ne signifie pas que l’idée de départ qui s’y trouve n’est pas sincère. Une exagération ne signifie pas qu’il n’y a pas un propos, sinon l’humour serait très très chiant.

Je vous ré-invite à aller lire cet article que je trouve absolument éclairant.

20.  Because victims of rape are too often distrusted.  54% of sexual assaults are not reported to the police.

J’ai déjà répondu ça plus haut, et ce chiffre des 54% me paraît largement, mais largement, sous-évalué.

21.  Because every 9 seconds in the U.S., a woman is assaulted or beaten.

« Battre une femme c’est mal » Soooooooo ?

Encore une fois, le « que peut-on y faire ? ». C’est fou cette paresse à lutter contre quelque chose dont il n’est pas personnellement victime. Ce n’est pas ce sacré individualisme qu’il conspuait plus tôt ?

22.  Because this page has 1768 too many likes.

Okay. Mais les féministes sont comme ça, elles/ils ont du mal à tolérer des pensées immondes.

23.  Because approximately 3 million girls are victims of female genital mutilation every year.

« That’s obviously bad [Captain Obvious] but it doesn’t happend in the Western world ».

C’est pas chez nous, on s’en fout ! D’ailleurs on peut rien faire hein. Et chez nous y’a pas de lézard du coup.
Les sauvages à la limite et à mon avis ils auraient le droit de faire un peu de féminisme, allez je les y autorise, mais c’est bien parce que des gamines de 5 ans se font couper le clito.

Cette obsession qu’ont certains hommes se se sentir investis de la tâche/responsabilité de valider ou non le discours féministe est proprement urticante.

24.  Because there are approximately 2 million victims of sex trafficking each year.  85% of the victims are women.

Je. Dois. Rêver.

Ce chiffre met en évidence la disproportion entre les esclaves sexuels femmes et hommes et souligne par là qu’on a clairement affaire à une inégalité au sein d’un trafic qui devrait déjà disparaître dans son ensemble.

Contrairement à lui, les féministes n’essaient pas de ridiculiser les esclaves sexuels masculins.

L’expression « to be in a need of sex slaves » poursuit sont propos du « on y peut rien c’est comme ça c’est la nature c’est le Mal » puisqu’ils en ont « besoin », ces hommes. Mais vous savez pourquoi ? Parce que « n’importe quelle femme peut avoir n’importe quel mec à peu près quand elle veut ».

Chouette, une nouvelle notion ! Mesdames et messieurs, le male tears ! Les femmes ont de la chance, elles peuvent serrer comme elles veulent, tandis que nous on galère.

Quelle vision de l’homme, de lui-même a t-il ? A ma connaissance, tous les mecs ne sont pas morts de faim et ne passent pas leur temps à attendre de pouvoir mendier du sexe auprès d’une nana qui daignerait leur accorder son corps. Les hommes normaux seraient donc si je le suis les esclaves sexuels (gratuits !) des femmes, pas besoin d’en importer de Roumanie !

Non sérieux, je le plains. Mais vraiment.

« no matter how hard they try » donc les femmes sont des connes qui ne veulent pas donner aux hommes qui essaient de coucher avec elle un cookie en acceptant. Pourtant ils ont vraiment essayé très dur hein, c’est injuste. Pouvoir faire du sexe est un droit, à l’entendre. Pour faire du sexe, ils n’ont plus qu’à avoir recours à des filles qui n’ont pas le choix. Les hommes adversaires des femmes ou l’inverse, et c’est lui qui le dit encore une fois.

Il reproche aux féministes de juste liker des pages sur facebook pour combattre le trafic humain ; que fait-il, lui, pour combattre cela ? Il ne le combat pas, il le condamne mollement en le décrivant comme une conséquence du fait que les femmes se refusent à certains hommes. Là est donc la source de l’esclavage sexuel, dans le refus des femmes. Ce qu’il dit ne sous-tend pas autre chose.

Le viol n’est pas du sexe, ce n’est pas sexuel. C’est de la violence. L’esclavage sexuel permet le viol organisé, tarifé, profitable. Les besoins sexuels éventuels d’un homme n’ont rien à voir avec le fait de violer. Légitimer le viol, perpétrer sa culture c’est dire que le viol est une conséquence de la sexualité. C’est faux.

A ce sujet Crêpe Georgette a publié un article aujourd’hui.

25.  To spread awareness and knowledge about what feminism works for.  Equality.  Everyone who has a mother, sister, daughter, son or a friend would want them to have respect and rights, right?

Il fait semblant de ne pas comprendre. Le féminisme c’est la lutte pour la disparition des inégalités hommes/femmes et la reconnaissance de chacun comme ayant une valeur propre, en dehors de son sexe. En niant cette définition il fait de la désinformation car il veut occulter qu’une partie est plutôt oppressée et qu’une autre est plutôt privilégiée.

26.  Because this is a real commercial for American Apparel.

On repart sur le même thème que le numéro 1.

« We are supposed to reject human sexuality » No, we are supposed to reject the male heterosexual stereotyped sexuality as the only valid model. Male gaze.

Ce genre de publicités, en plus de pissed offer les nanas dans leur quotidien, encouragent l’idée qu’une femme est toujours disponible sexuellement et donc qu’elle sera toujours consentante, au fond.

A lire pour se renseigner sur le male gaze : ici.

27.  Because domestic violence is the leading cause of injury to women, more than car accidents, muggings and rapes combined.

Ahahahaha ben c’est facile la vie dis donc.

28.  Because this is a fact:  In 31 states, if a woman has a child as a result of rape, her rapist can sue for custody and visitation rights.

Il passe très vite sur le fait que des violeurs puissent poursuivre dans certains états américains la personne violée et tombée enceinte pour avoir des droits de visite ou de garde sur l’enfant.

Au lieu de déplorer ce vide juridique et d’appeler à le combler, il dit simplement que personne n’avait pensé à ce cas de figure (je lole). Mais rien sur le fait que maintenant que le féminisme a mis en lumière cet état de fait il serait de bon ton de penser à la modifier, puisque on en a maintenant conscience. Le féminisme ne sert pas à clouer au pilori ceux qui ont mal agi, il sert à susciter des prises de conscience et à provoquer le changement de ce qui règle les inégalités (par exemple la loi).

29.  Because we need to be aware of the sexism that surrounds us and say NO to it.

Même réponse que pour numéro 26.

In addition : il ne s’agit pas d’obtenir une autorisation avant de pouvoir être attiré-e par quelqu’un comme il le dit, il s’agit de respecter tout le monde, même quand on se sent attiré par eux. Je n’ai rien contre le fait qu’un mec me mate les seins dans la rue, mais j’ai par contre du mal avec le fait qu’il me manque de respect à cause de ça, me matte de façon intrusive/ostensible ou même m’agresse juste parce que son désir le met mal à l’aise.

30.  Because we need to change the way women are being portrayed in video games, etc.

Dire qu’il y a des problèmes plus grave revient à silencier le problème qui nous est soumis tout en continuant à ne rien faire pour ceux, « plus grave », qu’on feint de dénoncer.

« Les écarts de salaires ? Attends, y’a la guerre au Congo »

« Ton mec t’a violée ? Attends, en Syrie des tas de femmes sont violées par des gens qu’elles ne connaissent même pas, donc ça va bien hein »

« this is what they want / this is what market forces diktate they want » ce qui est à mon avis deux choses différentes : on vous dit de vouloir ça, c’est ça qu’on vous donne, alors vous le voulez et vous prenez.

Le fait que, sans doute, les jeux vidéo et les bandes dessinées (aux États-Unis) aient été au début majoritairement créés, achetés et pratiqués par des hommes ne change rien au fait qu’aujourd’hui la moitié de joueurs sont des joueuses. Donc 50% des personnes qui jouent le font dans un univers où elles sont considérées comme intruses, où elles doivent sans cesse s’identifier à des personnages principaux masculins, des scénarii reposant sur une motivation masculine et hétérosexuelle, etc.

Les célèbres articles de Marlard à ce sujet : ici et .

Son égocentrisme se lit aussi dans son incapacité à se projeter dans l’avenir, c’est à dire dans un monde où il n’existera plus. Il dit que nous ne retournerons pas dans le passé pour injecter du sens critique à ceux qui aiment Transformers. Le monde est donc figé à deux égards dans cette conception des choses : un adulte ne peut pas changer d’avis, continuer à s’instruire, développer ses goûts tout au long de sa vie / les générations futures sont un concept qui ne mérite même pas d’être abordé. On en revient au « c’est comme ça » qui s’apparente en fait à un « je ne me bougerai pour rien du tout et je me déresponsabilise comme je peux ».

31.  Because female fetuses are being aborted in China because they are not wanted.

« That has a lot to do with chinese traditions » « [China] which is patriarcal actually »

Les chinois qui semble être pour lui quelque chose de suffisamment lointain pour n’être relié en aucune façon à la société dans laquelle il vit sont du même coup blâmables. Encourager des féministes américaines à partir en croisade féministe en Chine nous emmène sur un autre terrain, celui du colonialisme idéologique : c’est aux américaine de pacifier le monde. Non, désolée, les peuples doivent être leur propre instrument de libération, sinon c’est du paternalisme.

Le fait qu’il valide le combat féministe dans ce contexte semble induire qu’il pense que les féministes en ont quoi que ce soit à foutre de son consentement ce qui est très présomptueux.

32.  Because women who are seen, who stand up for their rights and express their opinions often get threatened and hated.

Male tears, again. Il fait l’amalgame entre des femmes qui luttent pour des droits concrets et lui qui fait ses vidéos sur youtube et attire des contradicteurs.

Je trouve cependant qu’il ne faut pas s’étonner de susciter des réactions violentes ; les réactions n’invalident pas le combat mené, parfois même bien au contraire.

33.  Because three men in Sweden walked free after raping a girl with a glass bottle until she started to bleed.

Le viol n’est pas un fait isolé comme le serait les crimes ponctuels d’un serial killer par exemple. Le viol est partout et est encouragé indirectement voir même inexistant juridiquement dans de nombreux pays.

Tout ceci étant dit, je voudrais maintenant remettre en question le bien fondé même de ce post. En répondant à Feminist Frequency qui s’appuie sur un travail documentaire et technique absolument fouillé cet « Amazing Atheist » ne pouvait que se ridiculiser parce ne tenant pas la comparaison. Il n’en va pas de même dans le cas qui m’a intéressée aujourd’hui.

Le diaporama « 33 raisons d’être féministe » n’est pas un document solide, c’est un document facile, un peu bâclé (en témoignent les fautes de frappe) et qui ne développe pas ses positions ni ne cite ses sources. En gros, c’est au mieux vaguement questionnant mais c’est tout. Mais que pouvait-on attendre d’un diaporama ? Le youtubeur en question le reprend comme si c’était le manifeste du féminisme, approuvé par toutes et par tous comme une référence en matière d’argumentation et de rigueur. Or, la réponse qu’il lui fait est elle aussi très faible : incohérences, contradictions, mauvaises foi, manque de documentation, il ne fait finalement que nous donner son avis personnel (qu’il se plaît à penser comme « le bon sens ») sur un sujet qu’il ne maîtrise manifestement pas et ne se met pas en peine de travailler pour en constituer un adversaire crédible (si tant est qu’on puisse être crédible dans son combat contre l’égalité des droits). Je trouve aussi qu’il y a des féminismes éminemment critiquables, mais ce n’est pas pour cela que je rougis un seul instant de revendiquer cette étiquette. Lui-même le prouve : il se revendique « athéiste », mais approuve t-il chaque individu athée ou chaque courant athéiste ? En tant qu’athée américain, il devrait comprendre ce qu’impliquent les rapports de force dominants/dominés mais ce ne semble pas être le cas.

Ce que je trouve très intéressant, par contre, c’est que dans sa médiocrité il exprime de façon très claire tout le discours -majoritaire- de l’inégalité des sexes, de la misogynie et du sexisme. De par ses réactions, ses sous-entendus, il confirme mes inquiétudes. Je donne un autre exemple tout frais :  hier soir, je me suis baladée comme je le fais de temps en temps sur les forums de Jeuxvideo.com, et voilà ce que j’y ai trouvé, tranquillou.

J’en ai lu toutes les pages, et malheureusement, comme pour le youtubeur, je n’ai pas été particulièrement surprise.

Alors oui, je sais, internet draine pas mal de lie ; oui, les forums encore plus ; oui, les forums de jeux vidéo encore plus ; oui, je sais qu’un sujet sérieux n’a aucune chance d’être traité de façon sérieuse et intelligente dans ces conditions. Mais justement : voyez ce qu’on y trouve. Voyez ce qu’on trouve quand la paresse intellectuelle et la malveillance s’expriment sans fards, voyez quelles idées sont dans la tête de ces jeunes hommes (18 à 25 ans je le rappelle). Ça me fait froid dans le dos.

Je veux dire, cet homme fait une vidéo car certainement ça l’amuse de casser du féministe (de LA féministe j’avais oublié que seules les femmes pouvaient l’être), il prend un air goguenard, fait 30 minutes sans aucune rigueur critique ni intellectuelle, sans y avoir probablement réfléchi plus que ça. Plus de 18.000 personnes ont liké cette vidéo, donc plus de 18.000 personnes ne voient pas le problème effarant de son discours. Il participe à une culture d’oppression qui a des répercussions bien réelles et peuvent mener à des atteintes physiques quand elles ne se contentent pas de rester sociales ou psychologiques. Il fait partie du problème et l’amplifie en rassurant ses fans dans leurs certitudes confortables. Son discours n’est pas minoritaire. Pourtant, on veut souvent faire passer les féministes pour des persécuteurs idiots contre qui la morgue revancharde est la seule réponse valable.

Peut-être a t-il l’impression d’être subversif, anticonformiste, mais en réalité il exprime le discours dominant et se place de lui-même en opposition avec les femmes. Il ne semble pas prendre en compte qu’un homme puisse être un féministe puisque le féminisme lui semble être une guerre des sexes.

Les incohérences de son discours révèlent que son propos n’est là que pour servir à le conforter dans son privilège qu’il sent menacé. En ne reconnaissant pas une discrimination, on évite ainsi de reconnaître qu’elle nous est profitable, et on rejète le statut d’allié pour celui d’oppresseur actif.

En allant regarder d’un peu plus près sa chaîne, j’ai visionné une vidéo où il est moins ironique et où il finit par nous raconter avoir été lui-même victime d’une agression sexuelle sur son lieu de travail par sa chef. C’est très touchant, et pourtant, il n’en tire pas les mêmes conclusions que moi. Dans cette agression, avoir été un homme l’a empêché de s’en plaindre et d’exprimer sa souffrance car il se serait fait traiter de faggot (pédé) ou se serait fait moquer par ses collègues. Il en conclu que le féminisme est la cause de cette injustice car aucune féministe ne serait venue à son secours dans cette situation. Mais il a éminemment tord, le revers de la médaille du mythe viril c’est que la société ne vous pardonnera pas d’y faillir. Et c’est aussi contre ça que le féminisme lutte. Si les femmes féministes n’en parlent pas autant c’est parce que c’est aux hommes de se saisir de cette parole pour dire et mettre en lumière leurs souffrances

Le féminisme ce n’est pas l’opprobre, ce n’est pas une guerre. Ce youtubeur se plaît à penser que c’est une idéologie d’un camp contre un autre alors que nous n’aspirons qu’à une libération mutuelle, une résolution collective. J’ai déjà été, dans mes actes ou dans mes pensées, sexiste, machiste, raciste, homophobe, transphobe, c’est une certitude, et je le serai probablement encore malgré les efforts que je fais pour m’informer car ce n’est pas facile d’éviter tous les écueils vers lesquels on nous induit naturellement. Il ne suffit pas de s’offusquer contre des cibles évidentes, il faut travailler sur soi car vous comme moi sommes les produits d’une société de violences où l’oppression de l’autre est une règle communément admise.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: